Historique du Sprinkler

Plus d'un siècle de retour d'expérience et de succès


1850 :


La première installation par tuyaux percés fut réalisée aux USA pour la protection d’une industrie de coton. C’est quelques années plus tard à Marseille que fût réalisé pour la première fois une installation de ce type.

1881 :

La première véritable tête telle qu’on la connaît aujourd’hui apparaît. Son inventeur, l’ingénieur Frédéric GRINNELL, mis au point et perfectionna ce système en lui donnant le nom de « sprinkler » (mot américain signifiant ‘’Arroseur’’ permettant ainsi de résoudre tous les problèmes posés par les installations de premier âge).

1890 :


Devant le succès de son innovante invention, les installations d’extinction par sprinkler furent communément appelées « installations GRINNELL ». MATHER & PLATT, grande société Anglaise de renom de la filature, fut le premier installateur de ces systèmes en se portant acquéreur du brevet de l’ingénieur GRINNELL. C’est à cette date par ailleurs que les premières installations furent mises en place par les Anglais dans le Nord, dans le bassin des Vosges et sur le reste du territoire national.

1912 :


Première réunion de l’APSAI (Assemblée Plénière des Sociétés d’Assurance Incendie) et élaboration de la première règle technique (feuillet de 4 pages à l’époque).

1925 :


Elaboration d’une nouvelle règle technique par l’APSAI.

1936 :


Réalisation des premières installations totalement automatiques avec mouchard (manomètre enregistreur).

1939 :


Les compagnies d’assurance, très intéressées par ces systèmes de protection, comptabilisent déjà environ 2000 établissements protégés par sprinkler.

1952 :


Première réunion du C.E.A. (Comité Européen d’Assurance) et rédaction d’une règle d’exigences technique spécifique.

1957 :


Elaboration d’une nouvelle règle sur la base de la précédente de 1925 et des exigences techniques spécifiques du C.E.A. Cette règle prendra son appellation définitive que l’on utilise encore aujourd’hui, la Règle R1.

1968 :


Parution pour la première fois de l’annexe VIII qui fait référence à des installations hydrauliquement renforcées et une classification de produits à protéger comme on le retrouve aujourd’hui. Les calculs hydrauliques étaient nés et allaient être utilisés sur tous les projets.

1974 :


Un changement fondamental dans la philosophie des règles fut opéré. De nouvelles règles furent rédigées en collaboration avec l’APSAIRD (Assemblée Plénière des Société d’Assurance Incendie Risque Dommages) et dont les évolutions majeures furent : La mise en place d’un moteur diesel comme source d’eau ; la prise en compte de la surface impliquée la plus défavorisée et la plus favorisée pour les calculs hydrauliques ; l’autonomie de fonctionnement des installations ; etc.

2009 :


Dernière parution (réactualisation et intégration des jurisprudences survenues depuis les parutions précédentes des Règles R1 de 1979, 1984, 1990, 1994, 2002, 2003 et 2008).